Journal de bord de 2 apprentis écolos

17 août 2006

Quartiers sans voiture (Allemagne)

"Pour favoriser la réduction du trafic automobile, les villes allemandes poursuivent une politique très volontariste d'urbanisme."

mobilite

"A Stuttgart par exemple, tout nouveau logement doit être à moins de 500 m d'une gare ou d'un arrêt. De manière plus originale, diverses villes allemandes (Nuremberg en 1979, Brême en 1995, puis Hambourg, Munich, Munster, Kassel) développent aujourd'hui des quartiers sans voiture, situés à proximité immédiate des transports collectifs et des principaux équipements urbains. Seuls quelques véhicules peuvent y accéder, à moins de 30 km/h : services de secours, médecins, personnes handicapées, visiteurs. Le vélo y assure couramment 25% des déplacements. Les logements sont commercialisés sans place de stationnement. A Hambourg, le promoteur immobilier d'un tel quartier a proposé, en même temps qu'un logement, un abonnement sur le réseau de transport collectif urbain, la location de vélos et une formule d'auto-partage. Plus récemment, dans le nouveau quartier Vauban de Fribourg-en-Brisgau, tout candidat à l'achat d'un appartement neuf se voit proposer une réduction de 12 000 euros, correspondant au coût de construction d'une place de parking, s'il renonce à détenir une voiture (plus de la moitié des acquéreurs acceptent la proposition). Pour en garder une, tout propriétaire d'une voiture est contraint de la garer dans un parking municipal situé en périphérie du quartier : le stationnement permanent dans la rue est interdit afin de libérer le maximum d'espace pour les piétons et les cyclistes."

Article paru dans L'âge de faire n°3, mai 2006.
Sources Fnaut n°143 (
www.fnaut.asso.fr)

Posté par michto à 21:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


La vérité sur ce que nous mangeons

laveritesurcequenousmangons
La vérité sur ce que nous mangeons, Joanna Blythman, édition Marabout.

Un guide complet pour choisir en connaissance de cause nos aliments, et comprendre d'où ils viennent.

Malgré une traduction du titre un peu excessive (titre original The food we eat, littéralement La nouriture que nous mangeons), ce livre est une synthèse intéressante sur l'état actuel de l'industrie alimentaire. L'auteure éclaire sur les conditions d'élevage et de culture et donne des astuces pour choisir sa nourriture : fruits, légumes, poissons, oeufs, viande, pain ...
Des chapitres intéressants sur l'alternative du bio par rapport aux solutions chimiques conventionnelles (additifs, irradiation alimentaire, intoxication...) cloturent l'ouvrage.

Joanna Blythman est une journaliste renommée en Grande-Bretagne pour les enquêtes très sérieuses qu'elle a menées sur les produits alimentaires. Elle a obtenu plusieurs prix pour ses écrits et collabore régulièrement à divers journaux et magazines.

Posté par michto à 21:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Pour une liberté de la presse

L'ordonnance de 1944 (rédigée après la seconde Guerre Mondiale par des membres du gouvernement de De Gaulle) pour garantir l'indépendance politique et financière de la presse est bien loin !

m_diasinger

Elle interdisait qu'un propriétaire d'un journal exerce en parallèle une fonction commerciale et industrielle ... comme c'est le cas aujourd'hui pour de nombreux journaux qui se "vendent" à leurs actionnaires (Lagardère est le principal actionnaire de Paris Match, Edouard de Rotschild est le principal actionnaire de Libération ...).

Comment diffuser de bonnes informations en subissant la pression de grosses structures publicitaires, qui n'hésiteraient pas à supprimer leur soutien financier si un article leur déplaisaient ?

Comment parler des problèmes du nucléaire en étant dépendant de la publicité d'EDF ou d'
Areva ?

Comment parler des problèmes de pollution dus aux voitures si la moitié des pages du magazine en vante les mérites par l'intermédiaire de la publicité ?


Pourtant, des alternatives existent !

- Toutes les revues présentées sur le blog sont totalement indépendantes et proposent une information provenant de journalistes, scientifiques, sociologues et autres spécialistes : La Revue Durable, Nature & Progrès ...

- Politis propose également toutes les semaines, outre une information sur la politique française et étrangère, quelques pages interessantes sur l'écologie, la culture ...

- Francofans est un magazine indépendant sur la chanson francophone actuelle.

Le prix des magazines est peut-être un peu plus cher à l'achat mais ils contiennent bien souvent plus de pages d'informations (eh oui, si vous supprimez les pages de publicité dans les magazines, il ne reste plus grand chose finalement).
Les journaux se trouvent généralement dans les points de vente habituel. Toutefois certains ne sont accessibles que par abonnement ou en magasin spécialisé (magasin bio par exemple).

Posté par michto à 19:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 août 2006

Réduire sa consommation d'électricité

Ce que l'on fait

priseelec

Nous ne laissons aucun appareil électrique en veille : un appareil en veille peut représenter jusqu'à 10% de sa facture d'électricité ! Pour le magnétoscope, le lecteur DVD ou autre, nous utilisons une prise électrique équipée d'un interrupteur (pour le nombre de fois où l'on programme, il est plus interessant de reconfigurer l'heure et la date quand cela est nécessaire).

etiquette_energie

Nous choisissons des appareils électriques à faible consommation, peut être plus cher à l'achat, mais plus économique à long terme. Prêter attention aux "étiquettes énergies" sur vos machines.

faitmain

Nous réfléchissons à l'utilité de chaque appareil électrique que nous remplaçons petit à petit par des appareils manuels.


Ce vers quoi on veut arriver

Ouvrir un compte avec un distributeur d'électricité qui propose des énergies renouvelables : Enercoop, GEG ...

Supprimer tous les appareils électriques qui peuvent l'être.


Pourquoi réduire sa consommation d'électricité ?

La production d'électricité est très polluante : émission de CO2 pour les énergies fossiles (charbon), déchets hautement toxiques générés par les centrales nucléaires (que l'on ne sait pas éliminer)...

Si nous réduisons notre consommation, les centrales à grand rendement ne seront plus justifiées et l'objectif 100% énergies renouvelables est envisageable.

C'est à nous de décider des choix politiques de demain !


Qu'est ce que les énergies renouvelables ?

Lire notre article

Posté par michto à 23:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Les Energies Renouvelables

Les énergies renouvelables participent à la lutte contre l’effet de serre et réduisent la nécessité de recours au nucléaire.

energierenouv

Face à l'épuisement des ressources énergétiques et au constat désastreux sur l'environnement de notre production d'électricité (émission de CO2 pour le charbon, déchets très toxiques pour le nucléaire ...), les énergies dites "renouvelables" (ou "inépuisables") semblent être la solution.

Cependant, les installations de production d’énergies renouvelables sont souvent des installations industrielles implantées en milieu naturel et à ce titre peuvent avoir un effet néfaste sur l’environnement (destruction de la faune et la flore par les barrages électriques par exemple).

Il est important que cette remise en question de la production d'électricité soit un tremplin réel pour modifier notre mode de consommation. En effet, il faut absolument réduire notre consommation d'électricité et favoriser la production d'énergie "verte" produite localement pour limiter les dégâts écologiques.

Quelles sont les sources d'énergies renouvelables ?

Energie du vent : éolienne
Energie du soleil : photovoltaïque

Energie du sol (vapeur d'eau sous-terraine) : géothermique

Energie de l'eau : houlomotrice, marémotrice et hydraulique

Energie organique (bois-énergie, fumiers, boues d'épuration...) : biomasse

Comment utiliser ces énergies ?

Si les professionnels peuvent déjà s'équiper en énergie renouvelable, à partir du 1er juillet 2007, il sera possible pour les particuliers de choisir leur fournisseur d'électricité. Il sera alors possible de faire le choix de refuser le monopole d'EDF et ses choix pro-nucléaire en s'engageant auprès de fournisseurs plus "propres".

- Enercoop : www.enercoop.fr

La coopérative achète de l'électricité (hydraulique, éolien, photovoltaïque) à des producteurs indépendants pour la revendre à des consommateurs.

- Gaz Electricité de Grenoble http://portail.geg-grenoble.fr

Distribuer de l'énergie de qualité (eau, soleil, bois...) et au meilleur prix, offrir des services adaptés à chaque client et respecter l'environnement, sont les priorités de GEG.

Les "anti-éolienne"

Des personnes s'opposent aux éoliennes sous prétexte qu'elles "détruisent les paysages". Préfèrent-ils les fûts de déchets radioactifs enterrés et toutes les contraintes qui vont avec ?
Certains médias diffusent de fausses informations. Attention à garder l'esprit critique.

Un exemple :

Réponse à l'article "Massacre à l'éolienne", paru dans Le Point (4 août 2006) par :

- Comité de Liaison Energies Renouvelables
- Action-CRItique-MEDias

Liens utiles :

Comité de Liaison Energies Renouvelables
Campagne de Greenpeace : "
EDF, demain j'arrête"
Planète éolienne : témoignages, idées fausses, réalités, pétition...
Outils solaires : Informations sur les énergies renouvelables

Posté par michto à 22:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


11 août 2006

Les Associations - Liste non exhaustive

Régi par la loi de 1901, le milieu associatif est très présent en matière de protection de l'environnement (grand pouvoir médiatique, politique et juridique).

greenpeace

amisdelaterreamnestyfaucheursFNEpeuplesowwf

robindestoits

Il a conduit à la politisation de l'environnement, en influençant sur la création du premier ministère de l'environnement de 1971 (ce ministère, d'abord rattaché à la culture, prendra sa réelle importance qu'à partir de 1981).

Certaines d'entre elles sont connues pour les "actions spectaculaires" qu'elles ont menées (fauchage d'OGM par exemple). Bien au-delà de la simple désobéissance civile, ces actions sont avant tout destinées à interpeller l'opinion publique et provoquer de réels débats.

Ces structures sont d'une grande importance, et permettent d'alerter le public sur les dérives politiques et économiques. Elles fonctionnent bien souvent grâce aux bénévoles et aux dons.

Les plus généralistes

- WWF, organisation mondiale de protection de la nature.
www.wwf.fr

Thèmes défendus : Changement climatique, outre mer, espaces naturels, développement durable, forêt, océan et côte, eaux douces, espèces.

- Greenpeace
www.greenpeace.fr

Thèmes défendus : Energie et Climat, forêt, océan, OGM, nucléaires, mondialisation ...

- Les Amis de la Terre
www.amisdelaterre.org

Thèmes défendus : Agriculture, OGM, Forêts, Responsabilité des acteurs financiers, Changements climatiques, Nucléaire et Energies, Citoyenneté et actions collectives, Modes de production et de consommation durables.

- France Nature Environnement, rassemble près de 3000 associations réparties sur l'ensemble du territoire.
www.fne.asso.fr

Thèmes défendus : Agriculture, Air, Bruit, Déchets, Eau, Energie, Faune sauvage, Forêt, Littoral, Loup, Milieux naturels, Montagne, OGM, Risques industriels, Territoires, Tourisme et loisirs, Transports, Education, Juridique, Santé.

- MDRGF, Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures.
www.mdrgf.org

Thèmes défendus : Pesticides, OGM, alternatives agronomiques, ionisation des aliments, produits chimiques.

- Agir pour l'environnement
www.agirpourlenvironnement.org


Thèmes défendus : Transports, OGM, agriculture, nucléaire, énergies, technologies, déchets ...

Les plus "spécialisées"

- CRIIRAD, Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité
www.criirad.com

Une association à but non lucratif qui défend le droit à l’information sur la radioactivité et le nucléaire ainsi que le droit à la protection contre les dangers des rayonnements ionisants.

- Robin des toits
http://robindestoits.org


Elle a pour objet d'assister et de fédérer les personnes et les collectifs qui luttent pour la sécurité sanitaire des populations par rapport aux ondes électro-magnétiques (téléphone portable par exemple).

- Les faucheurs volontaires
http://www.monde-solidaire.org/index.php

C'
est un mouvement de personnes fermement opposées à l'utilisation des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) en agriculture et au brevetage du vivant. En France, les 6100 militants qui forment ce mouvement se sont engagés par écrit à détruire les parcelles d'essai transgéniques.

- Collectif des déboulonneurs
http://deboulonneurs.free.fr

Le Collectif des déboulonneurs lance une action d’envergure nationale contre le système publicitaire. Il s’est crée en 2005, en région parisienne. Ce collectif se propose de déboulonner la publicité, c’est-à-dire de la faire tomber de son piédestal, de détruire son prestige. Non pas de la supprimer, mais de la mettre à sa place, pour qu’elle soit un outil d’information au service de toutes les activités humaines.
L’objectif : Une taille maximale d’affichage de 50 cm par 70 cm, accompagnée d’une contrainte de densité et de la suppression des panneaux lumineux et animés.

- Brigades Activistes des Clowns (BAC)
www.brigadeclowns.org


Organisation apolitique non-violente ayant pour arme le rire, et qui organise manifestations et rassemblements sur des thèmes politiques et sociaux.

- Réseau Sortir du Nucléaire
www.sortirdunucleaire.org

Il a pour objectif d'obtenir l'abandon du nucléaire en France grâce à une autre politique énergétique, en favorisant notamment la maîtrise de l'énergie, et le développement d'autres moyens de production électrique.

D'autres associations, plus humanitaires

- Peuples Solidaires : www.peuples-solidaires.org
- Amnesty International : www.amnesty.asso.fr

Posté par michto à 22:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 août 2006

Nature & Progrès

revue_n57
Nature & Progrès n°57, avril-mai 2006, 6€

“A Nature & Progrès, les paysans n’exploitent pas la terre, ils la cultivent !”

Nature & Progrès, c'est avant tout une association de consommateurs et de professionnels - pionnière dans l'agriculture biologique - qui lutte contre l’intensification agricole, les OGM et les effets pervers du libéralisme mondial. Elle délivre même son propre label, dont le cahier des charges est plus exigeant que celui "AB" plus répandu (voir notre article sur "les labels alimentaires"). 
 

"Nature & Progrès, c’est aussi un magazine depuis 1964. Tous les deux mois, le point y est fait sur l’actualité de l’agriculture et de l’alimentation bio. Reportages, interviews, dossiers sensibles (OGM, nucléaire,incinération...), bio-construction, et des nouvelles brèves sur l’agriculture, le monde rural, le jardinage, l’alimentation et la distribution en font un précieux outil d’information sur le monde de l’agrobiologie. Ce magazine se veut engagé dans une réflexion globale sur la mondialisation, le commerce équitable, la décroissance. Enfin grâce aux rubriques courrier, calendrier des foires, colloques, il est un carrefour important de communication autant que d’information. Tiré à 5 000 exemplaires, il est principalement diffusé par abonnement, ainsi que par un système de dépôt-vente" (souvent en magasin bio).

Liens utiles

Le site officiel de Nature & Progrès
La revue Nature & Progrès
Les anciens numéros

Posté par michto à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2006

Réduire les objets jetables

cureoreille

3 moyens simples de réduire efficacement ses déchets :

1- Nous utilisons un cure oreille que nous avons acheté en pharmacie (photo).
Pourquoi ? En plus d'éviter les problèmes de "bouchons" dans les oreilles, cela permet de ne plus utiliser de coton-tige. Il suffit de passer à l'eau après utilisation et de le tremper régulièrement dans de l'alcool. Plus de déchets inutiles, et plus de coton (voir notre article sur le coton).

2- Nous n'utilisons que des mouchoirs en tissu.
Pourquoi ? Plus de déchets inutiles avec les mouchoirs en papier jetables. Il suffit de les laver en machine régulièrement.

3- Nous n'utlisons ni lingettes jetables ni essuie-tout.
Pourquoi ? Il est facile d'utiliser à la place lavettes, chiffons, serpillère ... lavables en machine.

Pourquoi réduire ses déchets ? Lire notre article

Posté par michto à 20:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Le coton

Champ_de_coton

D'où provient notre coton ?

"La culture du coton nécessite beaucoup de soleil et d’eau pendant la période de croissance et un temps sec avant la récolte pour ne pas abîmer la fibre. Ces conditions climatiques se rencontrent généralement sous les latitudes tropicales et subtropicales.
Le coton supporte les climats tempérés à condition qu'il ne gèle pas.
La culture du cotonnier est majoritairement pluviale (Afrique subsaharienne, une grande partie des culture des États-Unis, de l'Inde, de la Chine). Dans les pays à faible pluviométrie, le coton doit être irrigué. C'est le cas de 40 % des surfaces cultivées (Égypte, Ouzbékistan, Pakistan, Syrie)."

Il est utilisé principalement pour la confection de nos vêtements, literie...


Le coton - La culture la plus polluante connue

- La culture du coton représente 2,4% des surfaces agricoles mais nécessite 24% des pesticides utilisés dans le monde (en Inde, 50 % des pesticides passent sur le coton) ! Elle peut avoir jusqu'à 50 aspersions de pesticides tous les trois jours (par avion).

Au Guatemala, les femmes vivant sous les aspersions des champs de coton ont  dans leur lait maternel des doses 25 fois supérieures à celles paraissant acceptables dans le lait de vache pour l'OMS !

- Le cotonnier est une plante très exigeante en eau et en éléments nutritifs, elle nécessite une grande fertilité du sol ; Les exploitations ont ainsi recours à des apports d'engrais massifs.

- Le coton génétiquement modifié prend de plus en plus d'ampleur : En Chine, 50% des cultures de coton seraient OGM, et aux Etats-Unis, 70%

Pesticides, OGM ... contribuent à l'appauvrissement des sols... De plus les conditions des travailleurs sont mauvaises (voir notre article sur le commerce équitable).


Comment éviter cette catastrophe écologique ?

==> Acheter du coton (vêtements, coton d'hygiène...) issu du commerce équitable (récolte + confection des vêtements) en s'assurant qu'il soit cultivé dans les principes de l'agriculture biologique (sans pesticides et sans OGM).

==> Préférer les vêtements (et chaussures) en chanvre, qui peut se cultiver dans nos régions.

==> Laine, lin, soie .. cultivé en bio et équitable sont d'autres alternatives possibles


Où trouver ces produits ?

- Ardelaine, fabrication et vente de vêtements, sous-vêtements, literie, et accessoires pour enfants en pur laine vierge non traitée : www.ardelaine.fr

- C'est coton, produit des vêtements (sous-vêtements, chaussettes, collants, sportswear, polaires, vêtements de bain, sacs, linge de maison, accessoires bébé, tissus au mètre) en coton biologique, chanvre, soie et lin : http://cestcoton.com/site/htmcatal

- Fibris, vente de vêtements à base de fibres naturelles (coton biologique, lin, chanvre, laine ...), de lessives et de laine à tricoter : pantalons, robes, débardeurs, chemises, chaussettes, sous-vêtements... pour hommes, femmes, enfants et bébés : www.fibris.fr

- Peau de chanvre : Création de vêtements, sous-vêtements, chaussures et cosmétiques 100% chanvre fabriqués en Bretagne : www.peaudechanvre.com

N'hésitez pas non plus à consulter notre répertoire d'adresses "commerce équitable" sur notre article.

Liens utiles

Définition de Wikipédia
La culture du coton dans le monde

Posté par michto à 20:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 août 2006

Le bio en 10 leçons

bio10lecons
Le bio en 10 leçons, Karen Sullivan, édition Solar

Ce livre est destiné à ceux qui n'y conaissent rien. Bien qu'un peu répétitif, il permet d'avoir une vision globale de "l'univers bio" de manière simple.

"Richement illustré. ce livre vous propose : des informations complètes pour apprendre à " décoder " les étiquettes des produits que vous achetez, pour choisir, cultiver et cuisiner les produits bio ; de mieux appréhender les bienfaits du bio sur la santé des enfants et celle des personnes fragiles ; des conseils pour mieux intégrer dans la vie de tous les jours les produits écologiques, bénéfiques à l'environnement ; de comprendre les implications mondiales d'un mode de vie biologique, écologique et naturel."

Cette première approche s'articule autour de 10 "leçons" :

1. Qu'est ce que le bio ?
2. Pourquoi le bio ?
3. L'alimentation bio
4. Achats bio
5. Le jardinage bio
6. La cuisine bio
7. Le bio pour les enfants
8. Des choix écologiques
9 Planète bio, état des lieux
10. Personne n'est parfait

N'hésitez pas à emprunter ce livre à la bibliothèque !

Posté par michto à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]